Vous êtes ici :
Accueil /
Au seuil du XXe siècle /
Un régime apaisé mais contesté /
La France dans le monde

La France dans le monde

Les alliances de la France

Après le désastre de Sedan et la chute du Second Empire, le traité de Francfort a consacré, en 1871, l'isolement français. Dans les années 1890, après deux décennies de diplomatie bismarckienne, les alliances de la France se reconstituent. Si la convention militaire franco-russe d'août 1892 est demeurée secrète jusqu'en 1897, ni les tensions coloniales franco-anglaises ni le dreyfusisme de l'opinion britannique et de la reine Victoria n'ont empêché la marche vers l'Entente cordiale. Elle se concrétise le 8 avril 1904, par la signature d'une déclaration relative au Siam, à Madagascar et aux Nouvelles-Hébrides et d'une autre relative à l'Égypte et au Maroc ; le 8 décembre 1904, l'échange des ratifications d'une convention réglant les rapports franco-britanniques en Afrique occidentale et centrale ainsi qu'à Terre-Neuve révise les droits de pêche remontant au traité d'Utrecht de 1713.

L'Empire colonial

Après la crise de Fachoda où, en 1898, le retrait des troupes du commandant Marchand devant les forces de Lord Kitchener avait été ressenti comme une défaite, les deux grandes puissances colonisatrices s'allient face au jeune impérialisme allemand. L'Empire colonial français s'étend alors sur plus de dix millions de kilomètres carrés, majoritairement situés en Afrique et en Indochine. C'est avec l'Allemagne que la France se trouve en rivalité mais la conférence d'Algésiras (16 janvier - 7 avril 1906) va lui donner une prépondérance de fait au Maroc.

Le commerce colonial transite par Marseille qui bénéficie d'un doublement des échanges entre 1897 et 1901 avant d'être quintuplé dans la décennie suivante. En 1906, 1 800 000 visiteurs fréquentent l'Exposition coloniale qui magnifie la mission civilisatrice de la France, concept développé par Jules Ferry dans les années 1880, au temps du protectorat sur la Tunisie, de l'implantation de Brazza au Congo et des débuts de la conquête du Tonkin.

Le rayonnement français

Le rayonnement français s'était déjà illustré par l'Exposition universelle de 1900 qui rassembla, à Paris, plus de 50 millions de visiteurs et fut aussi l'occasion, le 22 septembre, d'un banquet des maires sous la présidence d'Émile Loubet. Jeune parisien, le futur général de Gaulle a dit l'effet que produisait sur lui « la manifestation de nos réussites nationales : enthousiasme du peuple au passage du tsar de Russie, revue de Longchamp, merveilles de l'Exposition, premiers vols de nos aviateurs ». Les livres de lectures des enfants provinciaux vantent les beautés de la capitale de notre chère France, la ville la plus industrieuse du monde où sont les écoles de premier ordre que la France ouvre à ses enfants.

médias

La République somme les députés de penser aux menaces étrangères.

L'Afrique partagée