Vous êtes ici :
Accueil /
Au seuil du XXe siècle /
Un régime apaisé mais contesté /
La société française

La société française

Un pays d'économie agricole en mutation

Encore majoritairement rurale, la France reste un pays d'économie agricole avec 43% de sa population active employée dans le secteur de l'agriculture, de la forêt et de la pêche qui n'occupe plus que 35% des Allemands, 16% des Belges, 8% des Britanniques. L'industrialisation et l'urbanisation progressent lentement tandis que le ministère de l'Agriculture soutient les exploitations familiales et la polyculture traditionnelle. Marquée par une loi dès 1881, la politique protectionniste est confirmée en 1892 par les tarifs Méline, du nom d'un élu vosgien, auteur de la formule « ni révolution ni réaction », longtemps ministre de l'Agriculture puis président du Conseil du 29 avril 1896 au 15 juin 1898. Toutefois, pays très riche, la France place beaucoup d'argent à l'étranger tout en innovant techniquement puisque l'indice de la production industrielle triple dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Le besoin d'une immigration

Tandis que les populations d'Allemagne et d'Italie s'accroissent de 51% et 41%, le chiffre de la population française n'atteint pas encore 39 millions d'habitants. Le taux de natalité décroissant, l'immigration étrangère est souhaitée ; dès 1889, une loi a favorisé les naturalisations et accordé la nationalité française aux enfants d'étrangers nés en France (le droit du sol). Si le million d'étrangers qui travaillent en France est majoritairement d'origine européenne (italienne à 37%, belge à 25%), cela n'empêche pas des tensions xénophobes qu'illustre, le 16 août 1893, le massacre de 7 ouvriers italiens à Aigues-Mortes.

Une civilisation nouvelle en marche

Pour des républicains comme Ferry, le suffrage universel des paysans, est « une assise en granit », ce qui forme l'édifice social « le plus solide de toute l'Europe, le mieux abrité contre les révolutions sociales ». Cependant une civilisation nouvelle est en marche ; le développement des transports ferroviaires et d'un réseau bancaire le permet. En 1911, Jean Jaurès écrira : « par sa fougue révolutionnaire du profit, le capitalisme a fait entrer (...) jusque dans la chair de la classe ouvrière la loi de la grande production moderne ( ...L'ouvrier) est une force de travail sur le vaste marché ». Au seuil du XXe siècle, J. Bouvier juge qu'au Creusot, l'entreprise Schneider peut faire jeu égal avec la firme allemande Krupp pour vendre les armements les plus perfectionnés, blindages et canons en acier ; la puissance économique de la France contribue à son rang dans les relations internationales.

médias

La France paysanne

La France industrielle

Le président Méline qui affirme en 1898 : « Il n'y a pas d'affaire Dreyfus »