Vous êtes ici :
Accueil /
Au seuil du XXe siècle /
Une armée en voie de rénovation /
La société militaire

La société militaire

Les effectifs militaires

Bien que plus des deux tiers des officiers soient sortis du rang, la société militaire demeure fermée. Le général Bach y a dénombré environ 300 généraux en activité, près de 800 colonels et lieutenants-colonels, 1800 chefs de bataillons et plus de 7000 capitaines. Si leurs troupes sont populaires, les officiers promis au haut commandement sont issus de la bourgeoisie encore que l'aristocratie soit alors sur-représentée socialement dans l'armée.

Même s'ils sortent de Saint-Cyr ou de Polytechnique, les officiers perçoivent des soldes assez modestes puisqu'un capitaine perçoit 5000 francs par an. Aussi les dossiers de carrière font état des situations de fortune des gradés et de leurs épouses. Il convient en effet qu'ils tiennent leur rang dans les villes de garnison d'où les autorisations des chefs de corps requises et citées dans les actes de mariage.

À partir de la loi du 27 juillet 1872, les militaires en activité sont privés du droit de vote cependant que le service militaire devient obligatoire sauf pour les soutiens de famille, les ecclésiastiques et les enseignants ; plus de 400 000 hommes sont sous les drapeaux. L'infanterie continue de constituer la masse principale avec 163 régiments d'infanterie de ligne qui s'appuient sur 91 régiments de cavalerie à 5 escadrons et sont soutenus par 40 régiments d'infanterie.

La devise des armées

L'estimant contraire à la discipline, beaucoup d'officiers se méfient de la devise républicaine, Liberté, Égalité, Fraternité. Ils exaltent la devise du soldat, Honneur et Patrie, qui figure sur le drapeau aux trois couleurs : « quand il flotte haut et fier, la France est grande (...) Il doit être l'orgueil et la gloire du soldat, qui doit jurer de le défendre jusqu'à la dernière goutte de son sang ».

Politiquement, les armées comportent beaucoup de royalistes, tous grades confondus, mais 59% des officiers acceptent le régime républicain. 82% des artilleurs sont d'ailleurs crédités de républicanisme et l'encadrement de leur école d'application, à Fontainebleau, passe même pour avoir un effectif républicain à 89%. Le patriotisme reste la valeur commune.

médias

Montmartrois regardant passer des cavaliers

Groupe d'officiers au 2e procès Dreyfus

« Mourir pour la Patrie » (Chant des Girondins )