Vous êtes ici :
Accueil /
Au seuil du XXe siècle /
Une armée en voie de rénovation /
Le ministère de la Guerre

Le ministère de la Guerre

Des ministres issus des Armées

De la proclamation de la IIIe République à 1906, 45 gouvernements se succèdent ; dans l'immense majorité des cas, c'est à un général qu'est confié le ministère de la Guerre puisqu'avant 1902 les civils devenus ministres de la Guerre ne sont que trois : Charles Freycinet d'avril 1888 à janvier 1893 et de novembre 1898 à mai 1899, Godefroy Cavaignac entre novembre 1895 et avril 1896 puis de juin à octobre 1898 avec quelques journées où le portefeuille retourne à des généraux (Zurlinden du 2 au 5 septembre et Chanoine le 17 septembre), Charles Krantz qui est en charge du ministère entre le 6 mai et le 21 juin 1899.

Les bureaux de la Guerre

Face aux 21 généraux et 3 civils placés successivement à leur tête, la trentaine de bureaux du ministère, répartis en 7 directions, dispose d'une forte autonomie. En dépit de la création de directions générales dès 1871 et des efforts centralisateurs du général de Cissey puis du général Boulanger, les directions d'armes excipent de la complexité des tâches et des développements des matériels pour se constituer parfois en petites féodalités (A. Bach) bien que Freycinet dispose d'un poids supplémentaire en étant à la fois ministre et président du Conseil du 17 mars 1890 au 26 février 1892.

Le Parlement a joué un rôle dans la réorganisation de l'armée et a voté les crédits qui la permettaient mais c'est à une commission extraparlementaire qu'a été confiée, par décret du 16 février 1895, l'étude de la simplification des services administratifs ; leur éventuelle déconcentration ne saurait concerner les bureaux de la Guerre. Toutefois, la réorganisation de Freycinet a prévu que les comités consultatifs de chaque arme exerçaient la responsabilité technique, la responsabilité administrative incombant aux directions.

Le cabinet et l'état-major du ministre gardent leur vocation de traiter des communications avec les journaux et de s'occuper des affaires réservées et secrètes. Pour ces dernières, le poids de l'état-major est allé croissant.

médias

Caricature avec Cavaignac, ministre de la Guerre

Le général Billot converse avec le colonel Jouaust