Vous êtes ici :
Accueil /
Au seuil du XXe siècle /
Une armée en voie de rénovation /
Les Français et L'Armée

Les Français et L'Armée

La défense militaire de la nation

L'idée d'une revanche après la débâcle des armées impériales, le concept de défense militaire de la nation ont donné corps à l'espérance de Léon Gambetta : la République signifie l'union interne de l'armée et du peuple pour la défense de la patrie. Dans sa proclamation du 6 septembre 1870, le gouvernement de la Défense nationale a proclamé son but : le salut de la patrie par l'armée et par la nation.

La loi du 27 juillet 1872 a prévu un service militaire obligatoire et long pour la moitié du contingent ; l'appel sous les drapeaux, dans l'armée active, peut concerner les hommes jusqu'à 29 ans cependant qu'ils sont mobilisables dans l'armée territoriale ou sa réserve jusqu'à 40 ans. Dans les casernes, 250 000 conscrits sont incorporés annuellement ; « interchangeable ouvrier de tâches sans fantaisie, le soldat épuise la peine de n'être qu'un rouage anonyme dans l'immense machine collective » (C. de Gaulle).

La popularité des Armées

« Voir et complimenter l'armée française », en applaudissant ses revues, en admirant ses troupes et ses chefs, la grande majorité de l'opinion s'y adonne au point d'avoir fait du brave général Boulanger (directeur de l'Infanterie de 1882 à 1884 puis ministre de janvier 1886 à mai 1887) un héros populaire dont on appréciait le souci d'amélioration de la vie quotidienne des soldats tout autant que sa critique des officiers faisant « parade de sentiments hostiles » à la République et ses affirmations sur la nécessité d'une armée offensive incarnant la nation d'aujourd'hui.

Les idées radicales énoncées en 1869, dans le programme républicain de Belleville - « suppression des armées permanentes, causes de ruines pour les finances et les affaires de la nation, source de haine entre les peuples » - sont oubliées. En 1883, Renan peut écrire « La mort sur le champ de bataille est la plus belle de toutes ». Malgré son rôle dans la répression des mouvements sociaux, l'écho de ses victoires dans les colonies, l'espoir qu'elle puisse regagner les provinces perdues assurent à l'Armée une popularité réelle. Elle est devenue l'Arche Sainte.

médias

Émile Loubet préside une revue navale à Toulon

Aux grandes manœuvres de Mirecourt, le général Billot dirige la revue

Le régiment de Sambre et Meuse