Lettre d'Alfred à Lucie Dreyfus du 26.12.1898

« Attendons donc avec confiance la décision de la Cour suprême comme nous attendons avec confiance le verdict des nouveaux juges devant lesquels cette décision me renverra.
En même temps que ta lettre, j'ai reçu une expédition de la requête en révision et de l'arrêt de la Cour de cassation qui la déclare recevable. J'y ai lu, avec une singulière émotion, les termes de ta demande en révision, dans laquelle tu exprimais admirablement, comme je les avais déjà exprimés dans mes demandes de révision, les sentiments qui m'animent en demandant qu'on mît fin au supplice d'un innocent - j'ajouterai au supplice d'une noble femme, de ses enfants, de deux familles -, d'un innocent donc qui a toujours été un soldat loyal, qui n'a pas cessé, même au milieu des plus horribles souffrances d'un châtiment immérité, de protester de son amour ardent pour la patrie, pour sa grandeur dans tous les domaines, patrie à laquelle il a tout donné, tout sacrifié, à laquelle, après comme avant ce lugubre drame, il sera prêt à donner sa vie, et de sa foi dans la justice définitive. »