Lettre de Lucie à Alfred Dreyfus du 24.10.1897

« Tu seras réhabilité, je te le jure, et tu auras bientôt le bonheur de rentrer en possession de ton nom respecté, honoré, qu'aucune flétrissure n'aura jamais su atteindre ; tu auras l'immense joie de revoir tes bons petits enfants, nous tous, et de reprendre une vie que nous nous efforcerons de rendre parfaitement heureuse. »