Vous êtes ici :
Accueil /
Ressources pédagogiques /
« Dreyfus Riabilitato »

Ressources
pédagogiques

<< Retour

« Dreyfus Riabilitato »

Fiche n°29

 

« Dreyfus Riabilitato »

Télécharger le document (.zip)

 
  • Date 2 juillet 1899
  • Source
    Musée d'Histoire vivante
 

Producteur

Il papagallo di Bologna, (Le Perroquet de Bologne), journal politique satirique italien publié de 1873 à 1915

Contexte-intérêt du document

Cette allégorie italienne paraît après que la Cour de Cassation a annoncé, le 3 juin, l'annulation du jugement de 1894 et le renvoi de Dreyfus devant le conseil de guerre de Rennes. Elle témoigne de l'impact qu'a eu l'Affaire hors de France et notamment en Italie : dans un premier temps, les journaux italiens sont restés neutres, préoccupés de ne pas mêler le commandant Panizzardi, l'attaché militaire italien à Paris, homologue du lieutenant-colonel allemand Schwartzkoppen. Suite aux démarches entreprises par la famille Dreyfus et à la mobilisation des dreyfusards pour la révision du procès, les Italiens se passionnent pour les péripéties de l'Affaire, relayées par l'ensemble de la presse. Au lendemain du 13 janvier 1898, le titre Io accuso est à la Une des journaux de la Péninsule. À la veille de l'ouverture du procès de Rennes, nul ne doute en Italie de l'acquittement de Dreyfus et l'allégorie paraît sous le titre La justice française a réhabilité un innocent… réhabilitation que Dreyfus n'obtient que sept ans plus tard.

Suggestion d'utilisation avec les scolaires

La lecture de ce document permet d'évoquer la chronologie de l'Affaire, les rôles respectifs de l'armée, de la justice militaire et civile, de la presse dans le combat pour la vérité (les noms de L'Aurore, du Figaro, de La Petite République sont lisibles dans la farandole de personnages dansant au son de la trompe de cette allégorie de la paix qui annonce la victoire de la justice et la fin des tensions au sein de l'opinion). Au-delà de la reconnaissance de l'innocence d'un homme, Dreyfus, qui apparaît sur un cheval blanc acclamé par la foule, ce sont les valeurs de la République qui sont proclamées ici : une allégorie de la France tend un bouquet au capitaine, le sigle « RF » estampille un blason aux couleurs de la France (couleurs omniprésentes dans la composition), les cloches ont pour nom « Liberté », « Égalité » et « Fraternité », la Justice sort du tombeau où elle était tenue au secret. L'affiche enfin permet de voir qu'une partie notable de l'opinion publique croyait en l'innocence de Dreyfus et ne doutait pas, en ce début d'été 1899, de sa réhabilitation.Ce document est central pour une séquence avec des élèves de Quatrième et de Première. Il demande en revanche à être associé à des documents qui permettent un suivi de l'Affaire jusqu'en 1906.

INFOS

Niveaux scolaires
Enseignants lycée
Thème
L'affaire un des scandales de la République / 1896-1899 : le combat pour la révision